Clôture du séminaire par une journée d’étude le 21 juin 2017

Bonjour à toutes et à tous,

J’ai le plaisir de vous annoncer la clôture du séminaire “Histoire des jeux et de leurs théories mathématiques” par une journée d’étude.

Elle aura lieu à la Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société (MESHS) de Lille, le mercredi 21 juin de 9h30 à 17h00, dans la salle 002.

La journée est ouverte à tous.

La journée, organisée par Lisa Rougetet, est financée par la Fédération de Recherche Mathématique de la région Nord-Pas-de-Calais (FR 2956), par le Laboratoire de Mathématiques de Lens (EA 2462), et par l’IREM de Lille, en partenariat avec la MESHS.

Les conférenciers invités sont :

– Albrecht Heeffer (Université de Gand) : Jesuits, puzzles and the physicalization of mathematics

– Jacques Sésiano (École polytechnique de Lausanne) : In vino mathematica

– David Singmaster (London South Bank University) : The problems of Abbot Albert (c1240)

– Caroline Ehrhardt (Université Paris 8) : La tactique, entre récréation mathématique et théorie des groupes

Vous trouverez un programme détaillé ici.

Au plaisir de vous retrouver,

Lisa Rougetet

Prochaine séance du séminaire

La prochaine séance du séminaire “Histoire des jeux et de leurs théories mathématiques” présentée par Amirouche Moktefi de la Tallinn University of Technology (Estonie), sera consacrée à :

Le jeu de la logique n’amuse personne : le dilemme                                 de Lewis Carroll

Elle aura lieu à la Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société (MESHS) de Lille, le lundi 24 avril à 17h00, dans la salle 004 (à gauche, en bas des escaliers).

La séance est ouverte à tous.

Résumé : Le mathématicien anglais Charles L. Dodgson, alias Lewis Carroll, croyait à l’utilité de la logique formelle dans la vie quotidienne. Il s’est donc employé à la vulgariser. Il publie notamment en 1886 un « Jeu de la Logique » grâce auquel le public s’amuserait à résoudre des syllogismes en utilisant des jetons de couleur et un diagramme dessiné sur un plateau. Le jeu est une variation des fameux cercles que Léonard Euler avait rendus célèbres dans ses « Lettres à une Princesse d’Allemagne » (1768). Dans cette présentation, les règles du jeu seront d’abord expliquées. Ensuite, la place du jeu dans l’histoire des diagrammes logiques sera discutée. Enfin, la réception du jeu permettra de mettre en avant le dilemme du vulgarisateur qui cherche un équilibre fragile entre instruction et amusement.

Prochaine séance du séminaire

La prochaine séance du séminaire “Histoire des jeux et de leurs théories mathématiques” présentée par François Goichot, maître de conférences à l’Université de Valenciennes, sera consacrée à :

Le jeu des philosophes : la rithmomachie comme apprentissage de l’arithmétique boécienne

Elle aura lieu à la Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société (MESHS) de Lille, le lundi 27 mars à 17h00, dans la salle 004 (à gauche, en bas des escaliers).

La séance est ouverte à tous.

Résumé : La rithmomachie est un jeu de plateau, inspiré des échecs mais asymétrique, qui a été pratiqué en Europe du 11ème au 16ème siècle. Le jeu repose sur l’arithmétique théorique de cette période : celle de Boèce, elle-même très inspirée par les doctrines pythagoriciennes. Les règles du jeu sont d’une grande complexité, ce qui le réservait à une élite intellectuelle. Nous rappellerons les principes de l’arithmétique de Boèce, en particulier sa classification des inégalités. Nous présenterons le matériel de jeu et les règles, avec les variantes apparues au cours de l’histoire. Nous tenterons de montrer comment l’élaboration de stratégies, mais aussi la simple connaissance des pièces et des règles du jeu, contribuaient à faire progresser les joueurs dans cette arithmétique.

Histoire, théorie et enseignement